FACOP: SAVOIR OU SAVOIR FAIRE ET NE PAS FAIRE C’EST NE PAS SAVOIR

SAVOIR OU SAVOIR FAIRE ET NE PAS FAIRE C’EST NE PAS SAVOIR.

L’article ci-dessous a été publié pour la première fois en août 2016. Il  reste d’actualité et mérite d’être diffusé une nouvelle fois, notamment à l’intention des Africains de la diaspora.  Ainsi, il y aura de nouvelles chances de conscientiser le plus grand nombre  de personnes, qui  ne diront pas un jour qu’ils ne savaient pas, qu’ils ne mesuraient pas le niveau de leur responsabilité…

De fait, le nombre de participants aux premiers séminaires organisés depuis septembre 2016 dans le cadre du projet FUTURE AFRICA COACHING PROGRAM (FACOP) a suscité un engouement largement  au-delà de mes rêves.  Mais, il m’a été donné de constater qu’ils sont très nombreux ceux qui  m’ont soutenu dès le départ et qui risquent de se retrouver parmi les personnes qui savent mais ne font jamais rien. Le texte ci-dessous leur est également réservé.

L’une des plus grandes leçons apprises de mon Coach Té Waffo Bùguong (feu Samuel Kamdem) c’est que « savoir  ou savoir faire et ne pas faire c’est ne pas savoir ». Il me disait toujours qu’il y a des personnes qui, chaque année, durant toute leur vie, construisent des maisons, juste avec leur bouche, jusqu’à y mettre des toits, mais finissent par mourir sans une seule maison. De même, d’autres construisent des usines avec leur bouche, au point d’inscrire sur leur carte de visite « Industriel », mais ne font jamais rien, ne construisent en réalité aucune usine et par conséquent ne produisent jamais rien du tout. Ceux là sont, disait Té Waffo, beaucoup plus nombreux qu’on ne le pense. Il ajoutait que ces personnes restent généralement très pauvres, frustrées, jalouses, etc., constituant à terme de véritables poisons pour leur famille et pour la société.

Toi qui as découvert ou qui a même déjà choisi de faire partie de la famille FACOP (FUTURE AFRICA COACHING PROGRAM) dois clairement savoir que ma démarche avec ce FACOP part de la vérité suivante : « Aucun être humain n’a assez d’expérience, d’éducation, de talents personnels et de connaissances pour faire fortune tout seul, sans l’aide des autres. ».  C’est l’un des fondements de la culture africaine au sein de laquelle l’homme n’est rien sans sa communauté, sans les siens.

Par conséquent, sur cette base, nous allons, ensemble, construire un réseau très puissant, une grande famille de personnes véritablement engagées, libres, riches, heureux, fiers de l’être et disposées à partager.

Le seul fait de continuer à lire ce texte ou d’avoir pensé participer à l’un de mes séminaires de formation sur l’entrepreneuriat montre que tu désires vraiment connaître les secrets de la réussite, pour changer de paradigme, pour changer de cap, pour changer de camp, pour changer de vie.

Ce faisant, je puis te dire que tu as déjà réalisé la moitié du chemin vers ton indépendance financière  et vers un grand bonheur.

Mais, pour obtenir des résultats satisfaisants à la hauteur de tes attentes, tu as un minimum d’investissements qui s’imposent et tu as beaucoup à apprendre (savoir, savoir être et savoir-faire), avant la mise en pratique (faire) et l’inspiration des autres (faire savoir).  Aujourd’hui, tous les grands sportifs apprennent pour progresser et se font accompagner (coaching), tous les entrepreneurs dignes de nom aussi.

Ainsi, en plus des résultats attendus pendant et après le séminaire FACOP, tu dois,  d’ores et déjà,  impérativement :

  • Savoir et te laisser convaincre que « l’homme est le maître de son destin terrestre ». Des démonstrations avec exemples concrets ainsi que des exercices te le prouveront pendant le séminaire.
  • Savoir comment et pourquoi l’homme possède le pouvoir d’influencer son propre subconscient, tant et si bien qu’il est capable de transformer son désir ardent en son équivalent physique ;
  • Savoir ce qui fait la différence entre les vainqueurs et les perdants. Tu sauras alors comment les uns et les autres se comportent et comment ils évoluent dans la vie, surtout comment ils gèrent leurs émotions.
  • Savoir qu’à la source de toute fortune il y a un désir, puis une idée, produit de l’imagination créatrice. Tu verras donc qu’après le désir, l’idée est la chose principale, mais qu’elle ne suffit pas (voir les 4 intelligences). Il faut en plus de l’idée (ou de la combinaison d’idées) une bonne dose de conviction (foi en soi), ainsi que de la persévérance, pour commencer le voyage. Des histoires comme celles de Victor Fotso, de Kamdem Dieudonné, de Asa Griggs Candler, de Andrew Carnegy ou encore de Robert Woodruff et bien d’autres vont te montrer que tu peux devenir immensément riche,  mener la vie de tes rêves et contribuer à la construction d’une Afrique debout, libre politiquement et économiquement.
  • Savoir comment le désir ardent effectue son voyage de l’abstrait au concret, dans l’atelier de l’imagination, où des plans précis sont créés et organisés, puis mis en œuvre avec une équipe connaissant le but bien défini et le chemin à suivre pour le voyage vers le bonheur.

NB : Tu n’as pas lu ce message par hasard !

Oui je veux m’inscrire

Tu l’as lu parce que tu désires changer de vie. Tu te retrouves dans la famille FACOP parce que toi et moi partageons déjà une même conviction, celle de sortir l’Afrique de la misère, en commençant par nous-mêmes et par nos familles respectives.

En participant à la formation FACOP, tu vas sans nul doute réaliser le meilleur investissement de toute ta vie. Ta participation au séminaire FACOP-A1 influencera le reste de ton existence, ta descendance et ton entourage.

Au cours des premières sessions de Paris, Toronto, Douala et Baham en septembre, octobre et novembre 2016, puis Yaoundé en février 2017, plus de 150 participants totalement engagés à la cause ont manifesté publiquement leur satisfaction. Ceci fait aujourd’hui une importante source de joie pour moi et pour mes collaborateurs car c’est une élite que nous formons, les leaders Africains de demain.

Si tu es de ceux qui n’ont pas encore réservé leurs places pour 2017 parce qu’ils ont des doutes, je te signale que mon programme comporte une garantie. Oui, tout participant qui ne sera pas satisfait à la fin d’un séminaire FACOP sera purement et simplement remboursé. Un arrangement pour des modalités souples de paiement des frais de participation est également possible, en cas de difficultés financières particulières !!!

Enfin, Si les sessions de formations de 2016 ont porté sur deux jours, j’ai été obligé de programmer les prochaines sessions sur trois jours, pour plus d’efficacité. Le nombre de places par session reste limité à cinquante.

Knowing that I’m ready to help you, if you need my help !

Cliquez ici pour vous inscrire

Texte revu à Douala, le 05 mars 2018.  Souop Soffo Sa’a Mekù (Lucas Kamdem).

Au premier semestre 2018, les séminaire de formation des futurs entrepreneurs Africains libres, riches, heureux  et fiers de l’être, auront lieu respectivement à:

1-    Yaoundé 3 : Les 23, 24 et 25 février ;
2-    Libreville 1 : Les 16, 17 et 18 mars ;
3-    Nuremberg 1 : Les 14 et 15 avril ;
4-    Munich 1 : Les 21 et 22 avril ;
5-    Paris 4: Les 28 et 29 avril ;
6-    Montréal 3 : Les 12 et 13 mai ;
7-    Bologne 1 : les 26 et 27  mai ;
8-    Douala 2 : Les 22, 23 et 24 juin

Le thème principal : « Les facteurs clés de succès dans la création et le développement d’une entreprise en Afrique ». Ces séminaires sont animés par Monsieur Lucas KAMDEM, Président fondateur du Groupe MTA-DC et de la Société FACOCOM  et par Monsieur Jean Pierre DJOKO DOMGUIE, Vice-Président de la Section Agriculture à la Chambre d’Agriculture, des Pêches, de l’Elevage et des Forêts du Cameroun. FACOCOM SAS est immatriculée au RCCM au Cameroun sous le numéro : RC/YO/2016/B/849.

Montant des frais de participation par personne : Paris et Francfort = 300 € ; Toronto et Montréal = 500 CAD ; Washington DC = 500 USD ; Abidjan et Yaoundé = 300 000 Fcfa.

Pour votre inscription cliquez ici

 

Leave a Reply

Required fields are marked*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.