4ième forme ou capacité d’inteligence financière: SAVOIR PROTEGER SON ARGENT

Bien que de nombreuses facilités soient accordées aux créateurs d’entreprises, il faut faire très attention. Il est prudent dans ces cas, d’essayer de se comporter comme si l’on devait tout payer dans les délais normalement obtenus. Aussi, il faut apprendre à protéger son argent, surtout en profitant des failles que les lois et les règlements permettent, et ceci sans acte immoral et sans injustice qui nuirait à l’avenir de votre entreprise.

L’augmentation de vos revenus fera que vous n’aurez plus autour de vous seulement vos associés, vos collaborateurs, vos fournisseurs et vos clients. Vous aurez derrière votre argent tous ceux que Kiyosaki appelle « les prédateurs financiers… les lapins, les oiseaux et les insectes… des créatures douces et mignonnes mais voleuses de récoltes ».

En Afrique, les principaux prédateurs financiers sont :

La famille et les amis.

Les membres de votre famille et vos amis pourraient être vos premiers prédateurs financiers. En général, ils ne verront que les résultats (les récoltes), en ignorant par où vous êtes passé. Certains pourraient facilement vous pousser dans des dépenses de luxe et autres dépenses pour des choses dont vous n’avez pas besoin dans le cadre du développement de vos affaires. Sans oublier l’esprit de solidarité et de partage très fort en Afrique, il faut simplement faire preuve de beaucoup de discernement et éviter de « manger le capital ».

Les conjoints.

Il serait avisé de faire attention dans le choix de son conjoint afin de s’assurer que l’harmonie tant souhaitée sera effective entre vous en matière d’argent et surtout si votre conjoint ne deviendra pas rapidement l’un des grands lapins contre lesquels vous serez obligé de vous protéger (puisqu’il semble que le vol n’existe pas légalement entre conjoints). Si vous êtes déjà riche et avez donc créé et développé une ou plusieurs entreprises, rédigez, négociez et signez un contrat de mariage en bonne et due forme chez un notaire ou ailleurs, pourvu que ce contrat soit parfaitement valable en cas de divorce ou de décès. Si vous ne le saviez pas, beaucoup de gens se marient pour l’argent et n’auront absolument pas pitié de vous lorsqu’il faudra vous dépouiller au maximum, avant de passer au suivant ou à la suivante. Ce sont des « prédateurs de l’amour », l’amour d’argent en réalité. N’oubliez pas non plus que si le conjoint n’aide pas à gagner et protéger votre argent, il est fort probable que vous entriez dans l’esclavage de la dette, laquelle détruit de nombreux couples tous les ans et les conduit facilement au divorce, avec toutes ses conséquences négatives. En plus, le fardeau de la dette ne pousse pas au respect. Si vous avez donc un conjoint qui aime s’endetter, il convient d’être très vigilant.

Les filles ou les garçons de joie.

La prostitution a des formes diverses et insoupçonnées. C’ est une activité qui consiste à échanger des relations sexuelles contre rémunération. Elle fait régulièrement l’objet de vives controverses entre les politiques, mais ce qu’on dit moins, c’est qu’elle ruine de nombreux entrepreneurs qui ignorent qu’elle est souvent, surtout en Occident, entre les mains des champions de la criminalité organisée. Ceux-ci n’hésitent pas à utiliser le chantage pour escroquer leur proie, en parfaite complicité bien sûr avec les prostituées. Selon Sabine Dusch dans « Le trafic d’Etres Humains », cette activité aurait généré un chiffre d’affaires de 60 milliards d’Euros en 2002 dans le monde, soit (tenez-vous bien !) la bagatelle somme d’environ 40 000 milliards de Francs CFA. D’autres sources parlent de près de 200 milliards de dollars en 2010, sans inclure les dépenses liées aux maladies sexuellement transmissibles et sans évoquer les montants qui ne peuvent pas être estimés dans le cadre de la filouterie et d’autres formes d’escroquerie, ne donnant pas lieu à des plaintes, par honte ou faute de preuves… Que dire aux jeunes ? Soyez très prudents. La prudence (à ne pas confondre avec la peur) fait partie des principes du succès, et on n’est jamais trop prudent !

L’Etat et ses bureaucrates.

De nombreux entrepreneurs en veulent facilement à l’Etat et à ses bureaucrates en service aux impôts et à la douane. Le système est conçu pour soutirer de l’argent aux entrepreneurs, principaux contributeurs au budget national dans la majorité des pays du monde. Presque tous les fonctionnaires ignorent le niveau des sacrifices de tous ceux qui, dans ces entreprises, contribuent à la création des richesses.

Lorsqu’on observe certains gaspillages dans des investissements mal conçus ou mal réalisés, lorsqu’on sait comment les recettes en cause sont souvent allègrement dépensées par ces fonctionnaires, il y a lieu de voir dans quelle mesure les chefs d’entreprises peuvent être mieux écoutés, mieux impliqués dans les prises de décision de l’Etat. En réalité, on dirait que tout ce que de nombreux fonctionnaires (bureaucrates) savent faire, c’est collecter de l’argent (parfois avec brutalité) et le dépenser, sans pouvoir imaginer les souffrances ayant permis de produire cet argent.

Il appartient alors aux entrepreneurs d’apprendre à protéger leur argent, contre ces autres prédateurs financiers, en utilisant les méthodes que leur permettent les lois et les règlements.

L’une de ces méthodes consiste à apprendre à avoir le beurre et l’argent du beurre (voir chapitre 14, secret numéro 8: « Le riche obtient le beurre et l’argent du beurre, le bonheur et l’argent » du livre « De la misère à l’abondance »).

Une autre méthode consiste à prendre toutes les dispositions pour se servir le premier, en jouissant légalement des avantages accordés aux propriétaires et dirigeants d’ entreprises. Dans ce domaine, il est question des charges de l’entreprise destinées aux Présidents, aux Directeurs Généraux, aux Administrateurs de la société, etc. Il reste entendu que l’on doit alors éviter de se retrouver dans des cas d’abus de biens sociaux ou de la négligence des droits des employés et autres actes répréhensibles.

Les autres prédateurs financiers.

Il y a de nombreux autres prédateurs financiers contre lesquels les entrepreneurs doivent protéger leur argent. Ce sont les avocats, huissiers de justice et autres professionnels du droit qui maîtrisent comment soutirer cet argent. De même que les politiciens et autres professionnels (les banquiers, les assureurs, les courtiers de tous genres).

Chaque cas doit être considéré comme un problème financier et une solution correspondante trouvée. Faute de quoi ce sont les autres qui bénéficieraient de votre dur labeur et pas vous même. Après avoir bien protégé son argent, prenons rdv pour la 5ième forme d’intelligence financière qui consiste à savoir bien gérer son argent.

#Facop

#Facocom

#CreationEntreprises

#Coaching

#FormationEnEntrepreneuriat

#IntelligenceFinanciere

#DevenirRiche

#InvestirAuPays

#EntrepreneursASucces

#Entrepreneurs

#GestionFinanciere

#SuccesStory

Leave a Reply

Required fields are marked*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.