6ième forme ou capacité d’intelligence financière: SAVOIR FAIRE FRUCTIFIER SON ARGENT

Version:1.0 StartHTML:0000000168 EndHTML:0000011479 StartFragment:0000000435 EndFragment:0000011462

 » Quand on est capable de gagner davantage d’argent en comptant sur d’autres revenus que la somme inscrite sur son bulletin de salaire, lorsqu’en plus on apprend à protéger et à mieux gérer le peu qu’on a, l’étape suivante consiste à fructifier durablement son argent. Il s’agit alors d’entrer véritablement dans le monde des grands créateurs de richesses.

En fait, les vrais riches ne vivent pas sur la même planète que les pauvres et les personnes dites de la classe moyenne.

En vérité, tout dépend dans quelle division vous voulez jouer. En cinquième division ou en première ? Si vous voulez vous retrouvez un jour dans la cour de ces grands qui sont en première division et qui se préparent chaque année à jouer la Champions League de l’argent, développez votre capacité à fructifier votre argent.

Kiyosaki parle de deux concepts très intéressants : le contrôle et le levier financier.

  • Avoir le contrôle sur ses finances est un signe d’intelligence financière

Si j’achète simplement des actions d’une entreprise à la bourse alors même que je ne maîtrise pas ce domaine des investissements financiers, si en plus je ne suis pas suffisamment riche pour influencer les décisions et les choix dans l’entreprise en question, je ne contrôle rien. Je prends un très gros risque en le faisant.

Par contre, si je suis PDG de mon entreprise, je contrôle tous les éléments des états financiers de cette entreprise, aussi bien le bilan (actifs et passifs) que le compte d’exploitation (soldes caractéristiques de gestion). Je peux donc être capable d’influencer positivement toutes (ou presque toutes) les décisions et choix de mon entreprise. Je peux et doit être en mesure de savoir quotidiennement ce qui se passe aussi bien au niveau des revenus de l’entreprise qu’à celui de ses dépenses.

Ceci est aussi vrai pour un investissement dans l’immobilier. Mon plan dans le cadre d’un tel investissement doit me permettre de savoir combien je vais gagner dès le premier mois et combien je vais dépenser, ce d’autant plus que je peux très facilement solliciter un crédit à ma banque, puisque je suis supposé avoir suffisamment d’intelligence financière pour connaître l’importance du levier financier.

  • L’effet de levier

L’effet de levier désigne l’utilisation de l’endettement pour augmenter la capacité d’investissement d’une entreprise, d’un organisme financier ou d’un particulier, et l’impact de cette utilisation sur la rentabilité des capitaux propres investis.

Pour prendre un exemple simple, supposons que j’ai 200 000 Euros (soit environ 130 millions de FCFA) et que je trouve quatre bons studios que je peux acheter et louer à mon tour pendant des années, coûtant 100 000 Euros chacun à Bastos, le quartier le plus huppé de la ville de Yaoundé au Cameroun. Alors que je voulais d’abord investir sur un seul studio totalement sur fonds propres (c’est-à-dire avec mon propre argent), je ferais preuve de grande intelligence financière si, sachant que toutes mes banques se bousculeront pour accepter de financer dans des conditions très intéressantes pour moi, par exemple jusqu’à 50% du montant à payer pour chaque studio avec un taux d’intérêt très bas, je décide de prendre les quatre. Au lieu d’avoir seulement un studio au prix de 100 000 Euros ou deux à 200 000 Euros, je me retrouve avec 4 studios et mon argent va se multiplier en conséquence et rapidement. Le fait de recourir à un endettement bien calculé aura alors un impact très positif sur mon investissement. Mes 4 studios viendront accroître la colonne de mes actifs car ils mettront beaucoup d’argent dans mes poches. Il y a des banques qui financent jusqu’à 80% du prix de tels investissements. Mais, il faut maîtriser le domaine ; il y a beaucoup de choses à savoir, avant de passer à l’action, en commençant ‘petit’.

Par contre, si un salarié m’imite et achète l’un des studios pour habiter avec un crédit bancaire, y compris dans les mêmes conditions que moi, il sera en fait en train d’acheter un bien qui retirera de l’argent de ses poches, tous les mois et pendant des années, étant entendu qu’une seule échéance impayée peut pousser la banque à effectuer une saisie immobilière puis revendre le studio. Pour Kiyosaki et pour moi aussi, la maison d’un tel salarié est un passif, ce qui est absolument vrai : elle ne lui met pas de l’argent dans ses poches, au contraire !

L’effet de levier est donc une technique qui m’aura permis de fructifier mon argent, sans travailler pour ça plusieurs heures par jour et pendant de nombreuses années. De plus, ce n’est même pas mon argent que j’aurai utilisé (du moins pour deux des studios). En réalité, c’est l’argent de la banque, ce qui veut dire celui des épargnants (salariés et travailleurs indépendants entre autres) que j’aurai utilisé pour m’enrichir davantage.

Il suffirait à tous ceux qui savent faire des calculs (addition, soustraction, multiplication et division) de faire un tour sur internet pour découvrir que c’est très facile d’avoir d’excellents exemples à prendre pour effectuer les bons choix dans le domaine, sans erreur possible. »

Extrait du livre *De la misère à l’abondance* de Lucas Kamdem.

Avec l’espoir de vous y rencontrer, nous vous donnons ici le lien relatif aux séminaires de formation prévus à Kigali dès le 12 Novembre 2019 https://web.facebook.com/events/374882536723798/

Vous aimerez aussi :

Leave a Reply

Required fields are marked*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.